Koenig Testarossa Turbo Cabrio

Koenig Testarossa Turbo Cabrio

Que pensez-vous de cette youngtimer ou du sujet?
BofAssez bienBienTrès bienExcellent (2 votes, note: 5,00 sur 5)

La Ferrari Testarossa était le jouet favori de Willy Koenig. Avec cette Koenig Testarossa Turbo Cabriolet en 1988 il avait encore frappé très fort: 800 ch, 345 km/h, 900 Nm de couple et 2,22 mètres de large! Une voiture d’exception et exclusive.

La Koenig Testarossa de tous les superlatifs

Certainement que Willy Koenig trouvait que la Ferrari Testarossa n’était pas assez exclusive ou trop discrète. Ce roi de la transformation et des superlatifs a donc créé cette Testarossa Turbo Cabrio (ou Spider). Il fallait oser découper son toit et il l’a fait. Mais cela ne se réalise pas sans contraintes. Il a bien sûr fallu renforcer le châssis tubulaire pour assurer la rigidité de l’engin. Des plaques métalliques soudées ont été installées afin que le pare-brise ne bascule au-delà de 300 km/h. Et comme cela n’était pas suffisant cette Testarossa a subi une cure de Kevlar pour atteindre 222 cm de large.

Koenig Testarossa Turbo spider

Le style de l’ensemble a été étudié et pas seulement pour plaire aux Jacky qui se sont empressé de vouloir faire la même chose sur leur Fuego. En effet la face avant plongeante avec spoiler avancé garanti la stabilité en ligne droite. Tous les élargissements augmente la quantité d’air de refroidissement nécessaire aux radiateurs plus gros de 50%! La transmission a eu le droit elle aussi à son propre système de refroidissement. Et ce n’est pas tout car avec 900 Nm à 5 000 tr/mn de couple, la transmission et tous les organes sont mis à rude épreuve. Les pignons et axes de transmission primaires et secondaires ont donc du être renforcés.

Koenig Testarossa Turbo Cabriolet

Une brute en mode cabriolet

Dès que le contact est mis cette Koenig Testarossa Turbo Cabrio donne le ton. On sait tout de suite que l’on aura pas besoin de l’autoradio tant le son du moteur est rageur et aussi bien présent derrière les oreilles. A à 2 500 tr/mn le mano de suralimentation indique 0,6 bar. Et à 3 500 tours ça devient brutal. on est projeté vers l’avant et ça pousse jusqu’à 7 500 tr/mn. En 4 secondes les 100 km/h sont dépassés et au bout de 9 secondes on est à 200 km/h. Rappelons que nous étions à la fin des années 80! Reste à savoir si quelqu’un a déjà osé atteindre la vitesse maxi décapoté…

Et si ce spider n’était pas assez exclusif ou manquait de superlatifs, il y avait aussi une Koenig Testarossa de 1 000 ch.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4autres articles dans Koenig youngtimers
Vous intéresserons
Koenig Mercedes 500 SEC
Koenig Mercedes 500 SEC

Dans les années 80 Willy Koenig n'a pas modifié que des Ferrari et des Lamborghini....