Porsche 356

De la Porsche 356 à la Porsche 911

Donnez une note !
BofAssez bienBienTrès bienExcellent (1 votes, note: 4,00 sur 5)

Exceptionnellement je ne vais pas parler d’une youngtimer des années 80 mais d’une voiture de collection et d’exception: la Porsche 356. En fait ce n’est pas si étonnant que cela et on va expliquer pourquoi. On reviendra aussi sur l’histoire de la Porsche 356 et son évolution jusqu’à l’apparition de la 911.

Pourquoi présenter la Porsche 356?

C’est en lisant cet article sur la Porsche 356 et regardant ses photos sur le site de nos amis classic911.fr, que l’idée m’est venue. En effet en y réfléchissant bien cette voiture de collection a toute sa place ici. Car sans la Porsche 356 nous n’aurions jamais eu l’occasion de rêver de la Porsche 911 ni de l’admirer sur les posters tapissant notre chambre d’ado. Il s’agit donc un peu d’un retour aux origines de la 911 qui a bien plus en commun avec la 356 que le fait d’être elle aussi une sportive d’exception. En effet en faisant évoluer la 356 au fil des années Porsche a su conserver l’essence même de cette formidable sportive.

La petite histoire de la Porsche 356

Ferdinand Porsche avait dessiné le projet d’une Coccinelle sportive. Et c’est son fils Ferry qui a utilisé cette base pour réaliser la voiture de ses rêves. C’est ainsi qu’en 1947 le 356 ème projet du bureau d’études Porsche touche à sa fin. L’année suivant la Porsche 356 reçoit son homologation officielle. Elle est alors présentée aux yeux de tous. L’histoire des Porsche sportives est alors en marche!

Le concept de la Porsche 356

L’idée de Ferry Porsche était de fabriquer une petite voiture de sport, légère et au coût de revient peu élevé. Ce dernier point est important car il fera de Porsche une marque rentable. Pour réaliser la première Porsche 356 le choix s’est porté sur une carrosserie en aluminium et un châssis tubulaire. Côté motorisation un 4 cylindres à plat est emprunté à VW, il sera disposé en position centrale arrière. Une idée fabuleuse qui fera que, sans certainement le savoir, Porsche venait de faire naître une légende…

Un succès immédiat

Présentée au salon de Genève en 1949, la Porsche 356 reçoit un excellent accueil. Pour preuve les 500 commandes passées lors du salon. Même si le prototype de 1948 a déjà bien évolué la 356 est encore réalisée à la main. Désormais elle bénéficie d’une coque autoporteuse et le moteur prend alors sa fameuse position en porte-à-faux, position qu’elle ne quittera plus et qui sera encore utilisée pour la 911. Sur la Porsche 356 on retrouve bon nombre d’éléments de la VW Coccinelle comme la direction, les freins, la boîte et le moteur. Malgré sa faible puissance de 40 ch elle séduit par sa vitesse de pointe (140 km/h) et surtout par le caractère survireur et joueur de son train arrière. De quoi ravir les les amateurs de pilotage et de sportives. Et aussi les stars américaines qui, comblées par son style et sa finition, ont fait la réputation du modèle.

Les évolutions de la Porsche 356

Sa carrosserie va rapidement être disponible en coupé, cabriolet, speedster et roadster. Au fur et à mesure de l’industrialisation de la fabrication les éléments mécaniques sont améliorés, la Porsche 356 fait désormais preuve de maturité. Du côté motorisations les évolutions vont bon train. Ainsi un 1300 cm3, toujours d’origine VW avec 4 ch de plus et surtout plus de couple, est ajouté à la gamme. Puis on trouve la 1300 S qui offre une puissance de 60 ch. Le “S” signifiant, non pas sport, mais qu’elle est apte à rouler au Super (pour les plus jeunes de nos lecteurs on trouvait à l’époque de l’essence ordinaire et du Super, on reviendra bientôt sur ces carburants). C’est à partir de la version “A” que les version les plus sportives ont reçu la dénomination de « Carrera ».

Puis en 1952, prêt à conquérir le marché américain, le Roadster America fait son apparition. Son style sportif est une réussite mais seulement 16 exemplaires pourront être construits. Il sera remplacé par la Porsche 356 Speedster dérivé du cabriolet. Il est plus léger et tire donc mieux partie de ses moteurs 1 300 et 1 500 cm3. Ajouté à sa ligne sportive et élégante le Speedster a eu un important succès au pays de l’Oncle Sam. De nombreux pilotes courent en Porsche 356 et c’est l’époque des premières victoires dans les compétitions automobiles.

Les années suivants 3 versions de la Porsche 356 vont voir le jour: la A, la B3 et la C. Tout d’abord la 356 A, de 1956 à 1959, avec une puissance de 75 ch et 115 ch pour les plus sportives. Puis la 356 B3 avec cette fois des moteurs de 90 ch à 130 ch. La 356 C, commercialisée de 1964 à 1965, proposait des versions équipées par des moteurs 75 ch, 95 ch et 130 ch.

Vers la Porsche 911

Avec sa ligne fastback la Porsche 911 a un style plus moderne que la 356. L’ensemble reste toutefois très proche de l’origine et conserve notamment ses phares ronds. Son design est tellement bien réussi qu’il en est devenu intemporel. La Porsche 911 Classic est commercialisée en 1964 avec une motorisation de 130 ch. L’histoire de la 911 sera marquée par la 2.7 Carrera RS qui va terminer d’asseoir la réputation de Porsche dans le monde des sportives.

C’est à partir de 1973 que la Porsche 911 série G qui prend le relais. Elle arbore ses fameux pare-chocs butoirs à soufflets, prévus pour absorber les impacts. La version majeure sera la fabuleuse 911 Turbo et son aileron proéminent à l’arrière. La 911 G se déclinera en version Targa puis cabriolet. Et à la fin des années 80 la Carrera Speedster fait un clin d’œil à la 356, la boucle est bouclée!

Les Porsche 356 et 911, deux voitures mythiques

Deux voitures, deux époques, les années 50-60 pour la Porsche 356 et les années 70-80 pour la Porsche 911. On ne va pas aller jusqu’à les comparer même si elles ont en commun de proposer un look, des performances, une qualité de fabrication et surtout une position du moteur qui fait une bonne partie de leur charme. L’une comme l’autre ont marqué l’histoire de la marque et du paysage des automobiles sportives.

Saluons simplement le travail de Porsche qui a su conserver intact, pendant des décennies, le plaisir ressenti au volant de ces sportives d’exception. Cela lui a valu un tel attachement des clients que la marque a renoncé à remplacer la 911 dans les années 70. De la Porsche 356 à la Porsche 911 le mythe est bien là et pour longtemps!

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6autres articles dans Les Porsche youngtimer youngtimers
Vous intéresserons
Porsche 924 125 ch youngtimer
Porsche 924 125 ch, la plus populaire des Porsche

La Porsche 924 a été controversée lors de sa sortie. Il faut dire qu'avec son...